La vérité si je mens 3 ! Simple divertissement ou manuel de guerre économique ?

Bon, soyons clair, le dernier opus de la série est une très honnête comédie. Elle est portée par de bons comédiens qui connaissent leur boulot et s’appuie sur un scénario correct. On regrettera simplement ce sentiment diffus d’un manque de fraicheur général qui arrive généralement avec les suites et en particulier au-delà du n° 2 !

Bref, comme toute comédie qui se respecte, les niveaux de lecture de cette fable sociale sont aussi nombreux que les petites histoires qui émaillent le récit de base.

Car au fond, de quoi s’agit-il si ce n’est de la vie d’une PME spécialisée dans la confection ?

Après avoir survécu à la grande distribution (volet 2 de la série), elle est maintenant plongée au cœur de la mondialisation et attaquée par des concurrents qui ne montrent pas leur visage.

Afin de ne pas dévoiler l’intrigue à ceux qui ne l’auraient pas encore vu, voici quelques moments clés à découvrir et analyser dans une approche de stratégie d’entreprise même si les traits sont forcément grossis – comédie oblige :

1- Observez comment la société d’Eddie (Richard Anconina) est attaquée – moyens humains, « technologiques » et financiers mis en œuvre et résultat ? Évaluer également si l’attaque est directe ou pas et sa puissance potentielle ;

2- Découvrez le moment où Eddie trouve la solution à son problème et gardez en mémoire le contexte ;

3- Étudiez l’impact du facteur humain tout au long du film, avec un regard particulier sur le rôle de Serge (José Garcia) ;

4- Analyser les risques pris par l’intrigant (on taira son nom pour le suspens…) tout au long du film. Et les conséquences finales d’une stratégie pourtant quasi payante.

Et (au moins) trois leçons intéressantes à retenir :

  • Importance de la sensibilisation sur les risques de tous les salariés, pas seulement ceux en charge de la stratégie 

Les attaques potentielles de nos concurrents prennent rarement la forme d’un scénario à la James Bond. Il s’agit le plus souvent d’agression jouant sur la zone de fragilité de toutes organisations : le facteur humain.  À tout moment, une organisation peut être mise en danger par la négligence même passagère d’un de ses membres. Ou plutôt comme dans le cas d’un accident d’avion, de petites négligences humaines qui mises bout à bout peuvent entrainer des conséquences dramatiques.

  • Se préparer à ce que des solutions à nos problèmes apparaissent au moment le plus inattendu…

Les stratégies les plus brillantes et les innovations de rupture se développent rarement au cours d’un brainstorming. Elles sont le plus souvent le fruit d’un cocktail (dont personne ne connait la composition exacte) où interagissent vécu et observation de l’environnement. Elles requièrent donc une double posture : Une certaine tension intérieure (par exemple un problème à résoudre) et être en permanence apte à s’étonner de ce qui nous entoure, en conservant en quelque sorte une âme d’enfant.

  • Influencer son environnement ne consiste pas forcément à s’offrir les services d’un cabinet de lobbying ! On peut commencer par proposer un vrai projet d’entreprise à ses propres collaborateurs. Et ensuite trouver et activer leurs moteurs intérieurs qui vont les motiver à atteindre les objectifs fixés…

Les approches d’influence ne sont pas que l’apanage des grands groupes. Tout au long du film, se mettent en place des stratégies tendant à faire évoluer l’environnement des protagonistes dans le sens recherché. Comme souvent le facteur humain et ses ressorts sont au cœur du système. En particulier les petites faiblesses humaines qui peuvent s’avérer de formidables atouts à qui sait les utiliser. Besoin d’argent, de statut social, de reconnaissance affective, etc. Chaque individu peut être utilisé comme une arme redoutable – souvent à ses dépens. Reste que tous ceux qui savent travailler cette « pâte humaine » doivent aussi être capables de le faire dans un cadre légal et plus généralement dans le respect des valeurs humaines. Sinon, tôt ou tard ces stratégies peuvent se retourner violemment contre soi…